1 500 milliards de dollars, c’est l’état de la dette étudiante aux États-Unis. Mais, le pays n’a pas le monopole de l’endettement. Avec l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers en France, le développement des écoles privées, faire un prêt est devenu la première étape de l’étudiant partout dans le monde. Cela crée pour les jeunes, des difficultés à démarrer leur vie professionnelle et un mécontentement social. À terme, l’endettement étudiant est-il une bombe à retardement ?

Avec :

  • Mélanie Luce, présidente de l’UNEF, principal syndicat étudiants qui a publié une enquête sur le coût de la vie

  • David Flacher, professeur d’Économie à l’Université de Technologie de Compiègne, spécialiste de la question des frais d’inscription, co-auteur Arrêtons les frais ! Pour un enseignement gratuit et émancipateur (raisons d’agir)et conseiller technique du film documentaire de Jean-Robert Viallet Étudiants, l'avenir à crédit

  • Aurélien Casta, sociologue à l’Université Paris Nanterre, spécialiste du financement des étudiants en France et en Angleterre, auteur de Un salaire étudiant : Financement et démocratisation des études (La dispute) 

  • Marie-Pierre Frigon, jeune diplômée américaine surendettée à cause de son prêt étudiant.  

En fin d’émission, la chronique de Marie-Rose Moro, Parents, enfants, d'ici et d'ailleurs : Transmettre l’héritage des pères.À télécharger ici. 

Le rendez-vous hebdomadaire pour aider les parents, avec la pédopsychiatre, directrice de la revue transculturelle « L’Autre ».