Les ruptures amicales sont-elles plus douloureuses que les ruptures amoureuses ? Comment les réseaux sociaux contribuent-ils à mettre fin à une amitié ? Comment se remettre de ces chagrins amicaux ?

Avec :

  • Emma Scali, psychothérapeute, autrice de Mon journal d’écriture thérapie, je deviens le héros de ma vie (Hugo et cie)

  • Margot Fried-Filliozat, coach en relations humaines, intervenante dans les collèges, co-autrice de L’amitié, comment se faire des copains et les garder ? (Nathan)

  • Michel Erman, écrivain philosophe, auteur de Le lien de l’amitié (Plon)

  • Laurence Allard, maître de conférences en Sciences de la communication à l’Université de Lille, chercheuse à l’IRCAV (Institut de recherche sur le cinéma et l'audiovisuel), co-fondatrice d’un groupe de recherches Mobile et création, spécialiste de l’usage juvénile du smartphone, co-autrice de Mobiles : enjeux esthétiques et artistiques (Presse de la Sorbonne Nouvelle).

Et un reportage d’Alice Milot : Judith a 27 ans, elle est étudiante et habite en région parisienne. Il y a deux ans, elle a « rompu » amicalement avec Éloïse.

 

En fin d’émission, l’Afrique qui gagne par Raphaëlle Constant : Souleymane Diamanka, artiste franco-sénégalais, est arrivé en France à l’âge de 2 ans. De l’Afrique, le slameur, n’en avait qu’une expérience lointaine, un héritage peul transmis par son père qui ne lui parlait qu’en pulaar. À 41 ans, Souleymane Diamanka décide de retourner en Casamance, au Sénégal, sur sa terre natale, pour composer avec ses multiples identités, française, sénégalaise, bordelaise et peule. Avec son album « L’hiver Peul », le poète perpétue l’art de la parole, tradition du peuple nomade d’Afrique de l’Ouest.

Raphaëlle Constant l’a rencontré à Bordeaux, lors des Journées Nationales des Diasporas Africaines.