Des labels bios, ou équitables, des logos verts sur une boîte de café, la photo d’un agriculteur heureux sur un paquet de céréales, les industriels ne manquent pas d’imagination quand il s’agit de promouvoir leur marque, quitte à flouer le consommateur. C’est ce qu’on appelle le greenwashing ou éco blanchiment : une technique marketing qui permet de faire passer un produit de consommation lambda pour éthique. Comment le consommateur pensant faire de ses achats, un acte citoyen peut-il s’y retrouver ? Quelles sont les recommandations en vigueur ? Existe-t-il des contrôles ?

Avec :

  • Valéry Laramée de Tannenberg, rédacteur en chef du Journal de l’environnement, auteur de Agir pour le climat. Entre éthique et profit (Buchet Chastel)

  • Christian Jacquiau, économiste indépendant, auteur de Les coulisses du commerce équitable (Fayard)

  • Florence Benoit-Moreau, professeur de marketing responsable du master marketing et stratégie, à l’Université Paris Dauphine, auteur de« De la publicité verte au greenwashing : cinquante nuances de vert entre vice et vertu » dans L’état des entreprises,(La découverte). 

Et un reportage Charlie Dupiot.

L'Illusion Verte : c'est le titre d'un documentaire, sorti en février 2019, qui se penche sur le greenwashing, ou l'éco-blanchiment... De l’huile de palme labellisée bio en Indonésie, des voitures électriques alimentées par des mines de charbon... Et si à défaut de sauver le monde, ces produits faisaient seulement le jeu des multinationales ? C’est la question que pose le réalisateur autrichien Werner Boote que Charlie Dupiot a rencontré. Dans son documentaire, on peut voir une publicité télévisée de l’une des plus grandes sociétés énergétiques d’Europe, RWE, basée à Essen en Allemagne... une publicité qui en dit long :

En fin d’émission, la chronique de Marie-Rose Moro,Parents, enfants, d'ici et d'ailleurs :

Le rendez-vous hebdomadaire pour aider les parents, avec la pédopsychiatre, directrice de la revue transculturelleL’Autre.