Grand reportage à N’Djamena, au Tchad, où l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) a organisé, les 18 et 19 juin 2019, une « Conférence internationale sur l’éducation des filles et la formation des femmes dans l’espace francophone ».

Au cours des 20 dernières années, la scolarisation des filles a progressé dans la plupart des pays en développement. Pourtant, aujourd’hui dans le monde, une fille sur cinq n’a toujours pas accès à l’école et moins de 40% des filles achèvent le premier cycle du secondaire en Afrique subsaharienne.

Au Sahel, où l’école est en crise, l’éducation est encore sous-dotée, car le financement global est dédié à l’effort de guerre, à la lutte contre le terrorisme. Au Tchad, où 86% des filles sont analphabètes, le gouvernement alloue 15% du budget de l’État à l’éducation.

La route de l’école, le délabrement des établissements scolaires, les mariages et grossesses précoces, les règles, les violences de genre en milieu scolaire sont autant de causes de discrimination qui creusent les inégalités entre les filles et les garçons dans l’accès à l’éducation.

Comment lutter contre l’exclusion ? Quel est le rôle des communautés dans l’accès à l’éducation des filles ? Quelles sont les politiques et les stratégies développées pour réduire le taux d’abandon scolaire et éliminer les inégalités de genre à l’école ?

Raphaelle Constant a rencontré ministres, experts, ONG et a visité des écoles communales et francophones de N’Djaména pour faire le point sur l’accès à la scolarisation des filles dans la région.